Compagnie la Soleta

Génèse du spectacle « Bon cirage… bon présage ».

leave a comment »

"Marie-Pierre Conda" dans le rôle de la cireuse de chaussures

"Marie-Pierre Loncan" dans le rôle de la cireuse de chaussures

En pleine recherche d’une piste de jeu, afin de laisser s’exprimer mes délires « improvisatoires« , me voilà assise devant un tas de chaussures.
Elles se sont mises alors à émettre des sons, je me suis approchée, j’ai tendu l’oreille, en choeur elles disaient: « laissez-moi parler!!« 
Qui mieux qu’une cireuse de chaussures pour faire parler des godillots…
Les choses se sont faites d’elles-mêmes : la poésie était la bienvenue, il ne manquait plus qu’une diseuse publique, à la fois harangueuse et griot pour assumer les délires à venir, improvisatrice de bonnes et mauvaises aventures… juste comme il faut à côté de ses pompes !

Le solo allait de soi, une promesse faite aux chaussures. Et oui il ne fallait pas laisser se disperser les énergies, les chaussures y tenaient…
Soutenue par l’expérience de plusieurs générations de cireurs de chaussures, la transformation a eu lieu. Pour que s’opère la magie, il fallait se voir déformer avec plaisir… La forme se déforme, se transforme, pour que la performance soit joyeuse !

Un spectacle faisait ses premiers pas (toujours un peu prématuré), pour le plaisir de tous : petits et grands, jeunes et vieux, beaux et laids, riches et pauvres, manuels et intellectuels, faibles et forts… Tout public !

Bon cirage… Bon présage

C’est le titre d’un spectacle que j’ai eu envie de créer pour la rue. L’hiver, nous pourrons nous rabattre dans les halls de théâtre, les cafés. ..Tous ces endroits où l’on s’invite presque tout seul.
Bon cirage, c’est aussi un mélange de paroles : la mienne et celle de Norge, que j’ai voulu faire résonner en choeur. Chez ce poète belge, j’ai choisi ses pensées poétiques, concentrés de poésie, lancés comme de petites flèches trempées dans l’humour et qui vous touchent directement à la tête et au coeur.

Et puis il y a ces histoires de chaussures/personnages « Josy« , « Irène » et « Jacques« , qui sont sorties de nos esprits tordus, dénonciateurs, amusés… Là, j’ai rajouté mon grain de sel, au délire inventif de Paola Rizza avec qui je partage un langage théâtral, une exigence artistique et qui a mis ce spectacle en scène. Son travail a du sens pour moi !

D’autres auteurs encore viennent ponctuer ce spectacle :  Alain Beurrier, Massilia Sound System, Yvette Guilbert, et un anonyme.

Avec cette forme qui prend l’allure d’un spectacle, je me suis inventé un mode d’expression pour dire ce qui me dérange, ce que je trouve touchant, ce qui me questionne…

Publicités

Written by scripta

22 juin 2009 à 13:30

Publié dans Génèse du spectacle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :